ema drouin

ITINÉRAIRE
INFLUENCES
ÉCRITS
RECHERCHE
TRANSMISSION

ITINÉRAIRE

J’ai ouvert la porte, je suis sortie, j’avais 18 ans, j’ai pris le risque

Dehors, Ema Drouin croise le chemin de la famille Moralles, avec qui elle s'envole pour la première fois au trapèze, puis elle rencontre Philippe Freslon et, en 1987, ils fondent la Compagnie Off à Tours. Elle y aborde l’écriture, la conduite des spectacles et des interventions, la direction d’acteurs. Trapèziste et actrice, elle y interprete les images décalées du répertoire de la compagnie. Elève de l’Ecole nationale du cirque au Carré - Sylvia Montfort, elle suit en parallèle les cours de l’école de Trapèze Volant de Jean Palacy à Noisiel, joue avec la Ligue d’Improvisation. Elle travaille avec Philippe Gaulier, Sigmunt Molik, Tarak Hamman (méthode Grotowski). Elle suit ensuite les cours d’Alexandre del Peruggia et proposera des cours et ateliers de recherche avec le trapèze. En 1990, elle s’émancipe, et invente un Deuxième Groupe d’Intervention pour aller au contact, pour s’exposer, sexe poser ? Avec des femmes et avec des mots. En 1995, elle part avec son "héritage" pour réaliser son ambition : écrire pour la rue et placer l’acteur et la prise de parole au coeur de l’espace public. Elle fonde Deuxième Groupe d’Intervention avec Jérome Plaza et Renaud Grémillon et s’installe avec l’association de compagnies artistiques Les Mêmes dans l’ancienne Blanchisserie du groupe hospitalier Charles Foix, spécialisé en gérontologie, à Ivry-sur-Seine. Ema Drouin pilote avec Françoise Vuillaume le groupe Ecrire pour la rue mis en place par le ministère de la Culture dans le cadre du Temps des Arts de la Rue. Présidente de la Fédération des Arts de la Rue en Ile-de-France entre 2006 et 2008, elle fait partie du groupe de travail Mais Que Font Les Artistes ? Elle intervient régulièrement lors de sessions de formation ou de réflexion (la FAIAR - Formation Avancée Itinérante pour les Arts de la Rue, l'Atelier 231, le réseau Arts de Ville, le Centre de Formation des Apprentis comédiens du Studio-Théâtre d'Asnières, le dispositif Agiter avant emploi (développé par l'Ateline en partenariat avec La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon)). Fin 2007, après une résidence de diffusion décisive à Harfleur, Deuxième Groupe d’Intervention quitte la Blanchisserie et s’installe à Malakoff. Depuis elle y développe son projet avec des créations et une réflexion approfondie sur l'implication artistique notamment avec "UNE VILLE ENTRE TOI ET MOI" Laboratoire artistique de préoccupation urbaine.

 

Ema Drouin

INFLUENCES

Son terrain de recherche et d’expérimentation se situe autour de ce que Ema Drouin nomme "l’organicité", c’est-à-dire tout ce qui a trait au corps animal, au travail sur l’impulsion, à l'état de disponibilité, d’occurrence, au service de la rencontre dans l’espace public. Tressage de disciplines, ouverture à des interprètes porteurs d’univers forts, le langage artistique est questionné et enrichi au fil de chaque création.

Corps aérien

Elève à l’école nationale du cirque au Carré Sylvia Montfort, elle suit les cours de trapèze volant de Jean Palacy à Noisiel, croise le chemin de la famille Moralles, travaille la voix avec Sigmunt Molik (comédien fer de lance de Grotowski) le jeu avec Tapa Sudana, acteur du Mahabarata, et avec Alexandre del Peruggia pédagogue du mouvement, dont les axes de travail reposent sur le regard moteur et l’écoute, la prise de risques et la vigilance, la spatialité et la sensorialité.

Body art, performance et art contemporain

Cette sensibilité au corps la met en contact avec les oeuvres des grandes figures du body art et de la performance dans l’espace public comme l’artiste serbe Marina Abramovic, Gina Pane, le travail en photo noir et blanc de Francesca Woodman, les actes corps-engagés de Valie Export ou Ana Mendieta, le travail graphique au sol de la plasticienne vidéaste Lotty Rosenfeld.

Pour, avec et dans l’espace public

Parmi ses points de repères forts, elle cite souvent Bivouac de la compagnie Générik Vapeur (trafic d’acteurs et d’engins) qui symbolise pour elle le défi par rapport à l’espace public, où, en groupe et dans un acte artistique, les limites de la transgression sont repoussées, Le Rôdeur de Turbulences d’après Enzo Cormann, dont elle appécie la pertinence du rapport à l’espace et la pertinence de la situation proposée au spectateur, Brackland de la compagnie Dakar pour sa mise en perspective et en paysage sur la question de la décadence du monde ou les innovantes propositions contextuelles et politiques d’ICI-MÊME Paris qui mettent en exergue les aliénations contemporaines.

Un questionnement politique au long cours

Elle évoque la colère et la nécessité vitale de sexe poser. Elle est une des premières à se positionner comme auteure pour l’espace public. Dans une dynamique du maintenant ou jamais, de défi et de prise de risque, elle décide de porter avec ses propres modalités une parole peu entendue, les paroles des femmes, avec des femmes, entamant là un questionnement politique au long cours, avec des figures, ni convenues, ni convenables, ni polies, ni policées, et de son propre aveu parfois "un peu trash" qui visent à questionner ensemble l’apparence et le trouble, les codes de la représentation, et partant, le vivre ensemble dans l’espace public, les relations de l’individu avec le collectif, la relation privé-public, la mise en contexte de sa partition "à trous", c’est-à-dire en dialogue avec celui qui regarde.

ÉCRITS

La rue, le plus court chemin entre soi et les autres ?

Ecrire et réaliser des situations artistiques pour, avec et dans l’espace public sont une façon d’entrer en frottement, en contact avec la réalité, sous la douceur de la pluie ou la chaleur des rayons du soleil. Fictionnelles ou non, les situations s’y inscrivent et prennent cette réalité comme support. Constituée de lieux, de personnes, d’usage, la réalité colore la proposition et lui donne toute sa dimension. En échange, poreuse, la proposition donne à lire la réalité.

Choisir la réalité pour y poser un acte artistique, c’est choisir que l’écriture sera travaillée par le réel. Sujets des propositions, adéquation à un lieu, relation aux personnes, choix du moment, de la durée, sont autant de choix qui font écriture. En fonction des propositions, les incidences sont plus ou moins grandes, les objectifs différents, mais le rapport à la réalité est toujours présent, qu’il soit pris en charge par les artistes ou les organisateurs.

Texte d'Ema Drouin paru en 2008 in
Le théâtre de rue, un théâtre de l’échange
Marcel Freydefont et Charlotte Granger
Revue études théâtrales n°41/42

++ clic

RECHERCHE

ESPACES-ECRITS ÉPROUVER LA VILLE

Quelle poésie singulière se dégage d'un lieu ? Quelles écritures s'y construisent ?

Ema Drouin propose de partager avec des écrivains et des acteurs des sensations fortes éprouvées dans des espaces, et de laisser couler l’encre…
Ces ateliers constituent des temps d’expérimentations pour l’écriture in situ et l’entrée en contact avec de multiples lieux. Un recueil des écrits issus d’une première série d’ateliers de recherche effectués entre 2002 et 2005 (Ivry-sur-Seine, Aix-en-Provence, Villeneuve-lez-Avignon, Port-Saint-Louis-du-Rhône) a été réalisé par Anne Gonon. Une restitution menée au 3bisF (Aix-en-Provence) a donné à partager et à entendre les productions issues de ce travail.

UNE VILLE ENTRE TOI ET MOI

Laboratoire artistique de préoccupation urbaine

Dès 2011, après avoir créé pour un mur, un parc, une friche industrielle, un lieu historique, un centre hospitalier, un quartier, une place publique, Deuxième Groupe d’Intervention se projette à l’échelle métropolitaine avec UNE VILLE ENTRE TOI ET MOI laboratoire artistique de préoccupation urbaine. Ce projet s’appuie sur la démarche artistique d’écriture et de création portée par Ema Drouin et en rassemble les aspects initiés depuis le lancement de la structure : relation contextuelle à l’espace public sujet et objet des propositions ; rapport de proximité aux spectateurs, aux personnes, aux habitants ; travail avec des artistes de disciplines et de secteurs différents ; accent porté plus spécifiquement sur l’écriture ; transmissions et pratiques coopératives.
UNE VILLE ENTRE TOI ET MOI laboratoire artistique de préoccupation urbaine se décline en 5 axes :
ON ECRIT SUR TOUT CE QUI BOUGE ! Sessions d’exploration sur des sites urbains en transformation / Installation plastique / Promenade sensible
ON SE RETROUVE POUR EN PARLER ? Débats publics et artistiques
A QUOI REVE PETER ? Un essai sur le vertige Création 2014 librement inspirée du roman Peter and Wendy appelé aussi Peter Pan de J.M. Barrie
LA OU ÇA FAIT MAL A situations qui touchent, réponses artistiques
ON NE FAIT RIEN SEUL ET VICE VERSA Partager et Transmettre
 

TRANSMISSION

Deuxième Groupe d'Intervention propose ponctuellement des stages conventionnés AFDAS ou ateliers de pratiques amateurs et transmet un savoir lié à la spécificité de la prise de parole et de travail de l'acteur dans l'espace public. Ema Drouin intervient également lors de sessions de formation ou de réflexion (la FAIAR - Formation Avancée Itinérante pour les Arts de la Rue, l'Atelier 231, le réseau Arts de Ville, le Centre de Formation des Apprentis comédiens du Studio-Théâtre d'Asnières, le dispositif Agiter avant emploi développé par l'Ateline en partenariat avec La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon) et comme œil extérieur en réponse à certaines sollicitations de la part d'autres artistes.