présentation de deuxième groupe d'intervention

Démarche

Créé et dirigé par Ema Drouin, autrice et metteuse en scène, Deuxième Groupe d'Intervention crée des œuvres théâtrales et des interventions artistiques de proximités pour l’espace public et mobilise un regard poétique sur la ville et ses mutations.

Fondé sur un fonctionnement participatif et équitable, ce travail s'inscrit dans une dynamique d'engagement et de défrichage avec l'ambition de provoquer des temps de rencontres privilégiés pour tous et questionner la place de l'humain dans la société d'aujourd'hui.

Dans, avec, et pour l'espace public

Les propositions de Deuxième groupe d'intervention s’attachent à développer une relation privilégiée avec les spectateurs, les habitants d'un territoire, par le biais de la proximité physique, de la rencontre et de l’interaction.

Elles investissent des lieux aussi différents que les quartiers périphériques, les abords d’une cathédrale, un chemin de hâlage ou un parking souterrain.

La démarche d’une écriture plurielle et transdisciplinaire, en résonance avec l’espace investi, amène Ema Drouin à coopérer avec des artistes aux disciplines et aux influences diverses : écrivain.e.s, danseur.euse.s, acteur.rice.s, performeur.euse.s, compositeur.rice.s, street artistes.

Qu’il soit extérieur ou non, concret ou virtuel, l’espace public est-il le lieu de la transformation, de l’échange ? Peut-il être vecteur de notre humanité ? Face aux grands formats de la publicité, aux zonages, au lissage urbain, à la sécurisation, les mots, les gestes de l’intimité, les interrogations, peuvent-ils se frayer un chemin ?

L’espace public ne devrait-il pas permettre de partager des questionnements intimes, et par là universels ?

À quel moment l’acte artistique devient-il politique ?

Deuxième groupe d'intervention puise ses sujets dans la vie contemporaine, et entre en résonnance avec les questions intimes et politiques.

C’est dimanche, on ne parle pas avortement à table

Combattre le non-dit partout, l’hypocrisie, toutes les hypocrisies, le refus des préjugés, du vernis, de l’apparence, le recherche de la faille.

L’humain-adolescent qui cherche sa place, la question de la sexualité.

L’équilibre du "biotope" humain, l’individu et le collectif, qui nous renvoient à nos limites, un goût très prononcé pour les figures border line et les questions de genres.

Créer le débat, convoquer l’intelligence du spectateur

Sur le mode Petit Poucet, signaler, tendre des perches, faire confiance à l’autre, avec l’utopie que chacun fait son chemin, parler à son intuition.

Qu’est-ce que tu fais là ? Aller vers celui qui a le moins envie de recevoir la proposition.

Au-delà de l’émotion, provoquer le trouble et la réflexion. Beaucoup de douceur, jamais de violence.

S’adresser à tout le monde

Tous publics et minorités, adolescents, femmes, personnes âgées...

Une ville entre toi et moi, laboratoire de préoccupation artistique

Après avoir créé pour un mur, un parc, une friche industrielle, un lieu historique, un centre hospitalier, un quartier, une place publique, Deuxième Groupe d’Intervention se projette à l’échelle métropolitaine et propose, depuis 2011, une démarche d’implication artistique intitulée Une ville entre toi et moi, laboratoire artistique de préoccupation urbaine.

Dans ce cadre, Deuxième Groupe a ouvert en 2017 L’Atelier de curiosité urbaine, lieu d’expérimentation artistique dédié à l’espace public, et lance le LAB-DeuxièmeGroupe, dispositif de création-recherche.

Transmission

Deuxième Groupe d'Intervention propose ponctuellement des stages conventionnés AFDAS ou ateliers de pratiques amateurs et transmet un savoir lié à la spécificité de la prise de parole et de travail de l'acteur dans l'espace public.

Ema Drouin intervient également lors de sessions de formation ou de réflexion (la FAIAR - Formation Avancée Itinérante pour les Arts de la Rue, l'Atelier 231, le réseau Arts de Ville, le Centre de Formation des Apprentis comédiens du Studio-Théâtre d'Asnières, le dispositif Agiter avant emploi développé par l'Ateline en partenariat avec La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon) et comme œil extérieur en réponse à certaines sollicitations de la part d'autres artistes.