Pauline Guinard

Géographe de la ville et de l'art

Pauline Guinard est viscéralement géographe, danseuse à ses heures retrouvées, enseignante-chercheuse à l’ENS-École Normale Supérieure de Paris et au LAVUE la plupart du temps.

pauline_guinard_portrait_1280_867_moinsde500ko

Pauline Guinard et L'Atelier de curiosité urbaine

2022-2023 : "Transformations, villes, émois… et moi !"

Ateliers de recherche-création à Malakoff

Les villes changent, se transforment. Parfois lentement, presque imperceptiblement. Quelque fois brutalement. Dans tous les cas, ces transformations nous affectent. Elles modifient nos lieux de vie, nos manières de nous déplacer, notre façon de percevoir l’espace qui nous entoure.

À l’ère de l’invention du Grand Paris, ces ateliers se proposent d’explorer de manière ludique et artistique les transformations urbaines actuelles, ainsi que les émotions que ces transformations suscitent en chacun de nous. PV

Depuis 2017 : chercheuse associée au LAB-Deuxième Groupe

Ses travaux (Extraits)

2023 : "Pour une géographie (é)mouvante : Lire les transformations urbaines par les émotions dans le Grand Paris et à Lagos"

Habilitation à diriger des recherches, Université de Grenoble-Alpes

Cette habilitation à diriger des recherches questionne la place des émotions en géographie, en particulier française et urbaine. Elle entend montrer que la prise en compte et au sérieux des émotions conduit à déstabiliser la manière de concevoir la discipline et consécutivement de produire des savoirs. À partir de ce (re)positionnement épistémologique, théorique et méthodologique, Pauline Guinard propose une analyse de la manière dont les habitants sont affectés par les transformations urbaines dans le Grand Paris et à Lagos, ainsi que de la façon dont, en retour, ils peuvent agir sur ou du moins résister à ces transformations.

Pour ce faire, elle utilise des méthodes qualitatives, créatives et collaboratives, qui lui permettent non seulement de saisir la dimension émotionnelle des relations que les citadins entretiennent avec la ville en mutation mais aussi de la partager avec d’autres, dans et hors du champ académique. À partir de cette comparaison inattendue et composée, Pauline Guinard montre que les transformations en cours dans le Grand Paris et à Lagos, même si sous des formes et à des degrés divers, génèrent dans les deux cas des déplacements, mobiles et immobiles, qui reconfigurent spatialement, socialement et émotionnellement les territoires de ces métropoles.

Depuis 2014 : maître de conférences à l'Ecole normale supérieure de Paris

2012 : "Les espaces publics au prisme de l’art à Johannesburg (Afrique du Sud) : quand la ville fait œuvre d’art et l’art œuvre de ville"

Thèse de doctorat, université Paris Nanterre

Cette thèse porte sur les espaces publics à Johannesburg, capitale économique de l’Afrique du Sud. Dans le contexte contemporain, l’utilisation de la notion occidentale d’espaces publics pose problème :

  • d’une part, du fait des ségrégations passées qui ont eu tendance à faire de ces espaces des lieux de séparation et de mise à distance des différents publics ;

  • et d’autre part, du fait des forts taux de violence et du fort sentiment d’insécurité, qui tendent à encourager la sécurisation et la privatisation de ces mêmes espaces.

L’enjeu est alors de comprendre les éventuels processus ces espaces se constituent en espaces publics, à la fois sur le plan juridique, social et politique. Pour ce faire, l’art qui se déploie dans les espaces juridiquement publics de la métropole depuis la fin de l’apartheid, est utilisé comme une clef de lecture privilégiée de ces phénomènes, en tant qu’il permettrait de créer des espaces de rencontre et de débats ou, à l’inverse, de mieux réguler et contrôler ces espaces.

Selon une approche qualitative, notre étude se base à la fois sur des observations de terrain et sur des entretiens conduits auprès des producteurs mais aussi des récepteurs de cet art qui a lieu dans les espaces publics. À la croisée de la géographie urbaine et de la géographie culturelle, Pauline Guinard réexamine la notion d’espaces publics au prisme de l’art à Johannesburg en vue de saisir – entre tentative de normalisation et résistance à cette normalisation – quelle ville est aujourd’hui à l’œuvre non seulement à Johannesburg, mais aussi, à travers elle, dans d’autres villes du monde.

Deuxième Groupe D'intervention
art      -      Réalité      -      Espace Public
Direction artistique Ema Drouin

21 ter boulevard de Stalingrad 92240 Malakoff - FRANCE
Tél : 06 71 17 91 01 - Nous écrire

Newsletter

J’ai lu et j’accepte la Politique de confidentialité